Archives de la Lutherie - Mirecourt

Archives de la Lutherie Mirecourt

fonds FRAD088/16J - Fonds Laberte et Magnié

Informations principales

Cote

FRAD088/16J

Description

Fonds Laberte et Magnié

Date(s)

  • 1919-1965 (Production)

Que décrit cette notice ?

fonds

Support matériel

8,5 ml

Contexte de production et de conservation

Origine des documents

Laberte et Magnié (1780-1972)

Histoire administrative

Histoire archivistique

Type d'acquisition dans les collections

Don

Contenu

Présentation du contenu

Les archives des établissements de lutherie Laberte et Magnié ont été données aux Archives des Vosges le 28 juillet 1972. L'intérêt des archives dans cette importante entreprise de lutherie des Vosges est très variable selon les catégories de documents : ce fonds de 8,50 m est d'ailleurs loin de représenter la totalité de la collection initiale puisque d'importantes destructions d'archives ont été effectuées avant juillet 1972. Il n'existe aucune pièce antérieure à 1919, date à laquelle se constitue la société Laberte frères et Fourier-Magnié (16 J 127).

Nous ne détenons rien sur la constitution de la société, mais les registres d'actions et d'obligations (16 J 1 - 134) semblent avoir été intégralement conservés ; les actions nominatives devraient permettre de déterminer l'attraction de l'entreprise, essentiellement locale.

Seuls subsistent les comptes rendus d'assemblées générales de 1924 à 1935 (16 J 35) ; nous ne disposons d'aucune autre source sur le conseil d'administration et la direction. Les documents sur le domaine sont eux aussi fort rares : nous ne détenons en effet ni titre de propriété ni plan des bâtiments aujourd'hui disparus. On utilisera à défaut l'évaluation des bâtiments et du matériel de 1925 (16 J 36), ainsi que les inventaires de 1920 et 1921 (16 J 127). Les cartes postales éditées en 1908 donneront également une idée des ateliers Laberte-Humbert : les Archives des Vosges n'en détiennent malheureusement aucun exemplaire, mais certaines de ces cartes sont reproduites dans Nos Vosges à la Belle Époque, T.I., Resheim, 1982, et dans Les Vosges en cartes postales, Epinal, 1987.

Les registres de comptabilité constituent la seule série à être parvenue dans sa quasi-totalité (16 J 37-126) ; ils constituent d'ailleurs la majeure partie du fonds actuel. Mentionnons particulièrement les comptes rendus d'exploitation de 1925 à 1938, les journaux et les grands livres et enfin les journaux des banques (la maison Laberte et Magnié disposait de plusieurs comptes en banque, dont certains en devises étrangères).

La correspondance commerciale a disparu : on remplacera en parie cette lacune par les registres de commandes et d'adresses de clients étrangers (16 J 128 - 133) qui, croisés avec les journaux de ventes (16 J 115 - 122), devraient permettre une cartographie fidèle de la clientèle de l'entreprise. « Nos affaires reposaient en grande partie sur l'exportation » déclarait le 25 août 1953 M. Laberte à l'Est Républicain. Ces mêmes pièces montreraient aussi le succès rencontrés par le Stradivox, phonographe portatif en bois de lutherie.

Les sources sur le personnel se limitent à des carnets dont la collection est manifestement incomplète (16 J 115 - 122) indiquant par quinzaine le nombre d'heures effectuées et le salaire perçu ; le prénom n'étant pas toujours mentionné, il faudra recourir aux recensements de population. Les Archives des Vosges conservent dans la série M un livret imprimé en 1935 et intitulé « Statuts du syndicat unitaire des luthiers de Mirecourt » mais rien ne permet d'affirmer que ce syndicat se soit implanté dans l'entreprise.

Signalons pour terminer l'existence d'un placard publicitaire pour les violes de la maison Laberte (série M).

La thèse d'École nationale des chartes de Noëlle Gouillart fait mieux connaître le développement de la lutherie à Mirecourt, mais l'histoire de la lutherie contemporaine reste encore à écrire. L'ouvrage de J.P. Claudel, Le Violon et Mirecourt, 1974, donne quelques indications rapides sur la production et le prix de vente des instruments au XXe siècle, la durée du travail et le salaire des ouvriers ; il faudrait compléter ces données de base par les séries statistiques du département (série M) et surtout par les archives d'entreprises comme celles de Laberte et Magnié qui seules permettent une analyse fine et concrète des réalités économiques.

Évaluation, élimination et calendrier de conservation

Accroissements

Mode de classement

Accès et utilisation

Comment accéder aux originaux ?

Le fonds est entièrement communicable.

Peut-on reproduire les originaux ?

Voir le règlement de la salle de lecture.

Langue des documents

  • français

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Caractéristiques matérielle et contraintes techniques

Instruments de recherche

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Existence et lieu de conservation des copies

Unités de description associées

Descriptions reliés

Notes

Identifiant(s) alternatif(s)

Indexation nominative

Points d'accès lieux

Nom, Prénom

Informations sur cette notice

Identifiant de la description

Identifiant du service responsable de la description

Archives départementales des Vosges

Règles et/ou conventions utilisées

Niveau d'élaboration

Niveau de détail

Date(s) de rédaction

2015

Langue(s)

  • français

Écriture(s)

Sources

Zone des entrées

Tous droits d'utilisation et de réutilisation réservés aux Amis du Vieux Mirecourt-Regain - Conception STUDIO BS