Archives de la Lutherie - Mirecourt

MENU

L'Atelier Gérôme

  • Louis Gérôme, sa femme et ses fils
    Louis Gérôme, sa femme et ses fils

    En 1892 Louis Gérôme quitte la ville de Paris et s’installe à Mattaincourt pour y fabriquer des mandolines. Mais les débuts ne sont pas linéaires, après une première expérience à Mattaincourt, Louis Gérôme tente de créer une usine à Pont-les-Bonfays près de Dompaire. Ses trois enfants, Réné Camille, Georges Louis Isidore, Charles Léon  et Louis Marcel (qui n'est pas encore né sur cette photo) seront tous les quatres luthiers.

  • L'atelier de Louis Gérôme
    L'atelier de Louis Gérôme

    L'atelier de Louis Gérôme à Mattaincourt embauchait plusieurs ouvriers et l'apprentissage des jeunes luthiers commençait tôt.

  • Les trois enfants seront luthiers
    Les trois enfants seront luthiers

    Les quatres garçons de Louis sont très tôt baignés dans le monde de la lutherie qui connaît alors son heure de gloire à Mirecourt. Louis Gérôme diversifie sa gamme d'instruments et se lance dans la fabrication de mandolines, une production qui sera la marque de fabrique des générations à venir. C'est l'aîné de la famille, René Camille qui reprend l'affaire de son père, tandis que les trois autres enfants partent exercer leur art ailleurs (Georges Louis ouvre un atelier de lutherie en Algerie, tandis que Charles Léon et Louis Marcel sont luthiers ailleurs en Lorraine).

     

  • La mandoline
    La mandoline

    La mandoline a toujours été la production emblématique de l'atelier, mais grâce à René Gérôme l'atelier prend de l'ampleur en fabriquant une gamme élargie d'instruments à cordes pincées (guitare, mandoline, ukulélé, balalaïka, banjo, etc...).

  • René Gérôme et ses fils
    René Gérôme et ses fils

    René Gérôme a quatre fils, ces derniers ne quittent pas le monde de la lutherie, trois d'entre eux reprennent l'atelier familiale, tandis que le quatrième travaille dans une scierie de bois de lutherie.

  • L'atelier Gérôme frères
    L'atelier Gérôme frères

    René, André et Lucien travaillent avec leur père jusqu'en 1967, à partir de cette date l'atelier Gérôme devient l'atelier Gérôme frères.
    Tout en respectant la tradition familiale, les trois frères font nettement évoluer la petite société. Alors que René Gérôme ne vendait qu'aux grossistes, ils décident de réduire le circuit de commercialisation de leurs instruments et de vendre directement aux musiciens.

  • Une organisation du travail
    Une organisation du travail

    Les trois frères s'organisent le travail, Lucien s'occupe des marqueteries, André du coffre et René s'occupe de l'emmanchage et du vernissage.

  • La fin de l'atelier Gérôme
    La fin de l'atelier Gérôme

    En 1995, Lucien Gérôme le dernier des trois frères a rester en activité cède progressivement son atelier à un jeune luthier de guitare, Philippe Monneret. Ce dernier continue à travailler dans l'atelier situé Quai Le Brueil encore quelques années avant de s'installer ailleurs.
    Les archives de l'atelier Gérôme on été donnée par Lucien Gérôme afin que soit conservé cette histoire. L'atelier du Quai Le Brueil visible au travers de cette exposition est désormais l'atelier d'exposition du Musée de la lutherie et de l'archèterie françaises.

Réalisé en partenariat avec :

  • Direction Régionale des Affaires Culturelles
  • Vosges le département
  • Archives départementales des Vosges
  • Ville de mirecourt
  • Musée de la lutherie et de l'archéterie française
  • Amis du Vieux Mirecourt Regain